sylvie lehmers

I.SL003. 2020

crédit photo © anthony suply

à propos

contact

sylvie lehmers

installation : I.SL003

dimensions : 70cm x 15cm

technique : Impression adhésive miroir sur miroir

Installation in-situ

 

exposition collective Balak #11

le 10 octobre 2020 de 19h00 à 01h00

à Charleville-Mézières dans les toilettes publiques

commissaire : Mehryl Levisse

 

artistes : EVA & ADELE, Ron Athey, Bottereau & Fiquet, Ali Cherri, William E. Jones, Tom of Finland, John Hanning, Keith Haring, Sophie Hasslauer, Balthazar Heisch, Sylvie Lehmers, Mehryl Levisse, Brontez Purnell, Frankie Rice, Arthur Rimbaud, Annie Sprinkle & Beth Stephens, Ben Tollefson, Jean-Luc Verna, John Waters, Jenkin van Zyl

 

des images d'archives : Colour By Icons Historical LGBTQ colouring Book produced by Never Apart and Michael Venus,

Transgender Archives - University of Victoria,

GLBT Historical Society - Museum & Archives of San Francisco

 

l'exposition est accompagnée d'un texte de Elisabeth Lebovici

 

Les expositions de Balak se placent dans un endroit non dédié à l'art (Balak est une interjection en darija - dialecte marocain - mélange de berbère, d'arabe, d'espagnol et de français que les vendeurs ambulants crient dans les médinas du Maroc, et voulant dire "Pousse toi de là, j'arrive !"), cette exposition se déroule dans les toilettes publiques de la ville de Charleville-Mézières, situées sur la place Ducale.

 

Les toilettes ne sont pas utilisées pour leur fonction, elles deviennent espace d'exposition.

Dans l'histoire LGBTQIA+ les toilettes publiques sont importantes, c'était et c'est toujours un lieu de rencontre possible, dans les pays où l'homosexualité est interdite et condamnable, les toilettes publiques sont l'espace où les personnes LGBTQIA+ ont la possibilité d'avoir une sexualité, que ce soit tactile ou juste voyeuriste. Espace de liberté tout autant que de pression sociale pour les personnes transgenres, les toilettes publiques désignant et séparant l'espace "ladies" (femmes, filles) de l'espace "gentlemen" (hommes, garçons).

Dans les années 50', 60, 70' aux Etats-Unis elles étaient le lieu des possibles pour notre communauté qui subissait la répression et les violences policières, elles étaient nommées "Tearooms", des espaces similaires pouvaient être trouvés dans les parcs et espaces publics cachés.

 

//

 

cliquez pour accéder au texte d'Elisabeth Lebovici.

tous droits réservés © sylvie lehmers 2020

EN

/ FR

/ HE